Extension de maison : 7 pièges à éviter

Pousser les murs de votre maison, vous en rêvez ? Que vous optiez pour la surélévation, la création d'une véranda ou l’aménagement des combles, l’extension d’une maison réussie obéit à certaines règles. Voici les 7 erreurs à ne pas commettre quand on agrandit son nid douillet.

Se lancer sans réfléchir dans l’agrandissement de sa maison

Avant de vous lancer dans l’extension de votre maison, il est essentiel de savoir exactement ce que vous souhaitez réaliser et d’avoir en tête le résultat final. En effet, agrandir sa maison au moyen d’une véranda dernier cri de 200 m2 n’implique pas les mêmes travaux qu’une extension de chambre pour y faire un dressing.

Aussi, demandez-vous pourquoi vous envisagez un agrandissement ? Pour accueillir un nouvel enfant, moderniser votre home sweet home, économiser de l’énergie (au moyen de baies vitrées donnant sur le salon par exemple) ? Si vous n’êtes pas sûr de vous, vous pouvez toujours faire appel à un professionnel du bâtiment ou à un constructeur de maisons individuelles afin qu’il vous guide dans votre projet.

Enfin, rappelez-vous qu’une extension doit être en harmonie avec l’ouvrage existant, espaces intérieurs compris. Vous serez peut-être amené à refaire toutes les façades ou à prévoir un bardage sur chaque mur extérieur. Là encore, faire appel à un professionnel de l’aménagement n’est pas une mauvaise idée !

Ne pas tenir compte des contraintes extérieures pour son extension de maison

Agrandir sa maison nécessite de tenir compte du voisinage et des contraintes en matière d’urbanisme. Si vous aviez planifié un projet pharaonique avec statues de lions, fresques murales et toute la panoplie, il va sûrement falloir revoir vos ambitions à la baisse. Que dit la loi en matière de respect du voisinage ?

  • Si un des murs de votre extension dispose d’une fenêtre, il devra y avoir un espace d’1m90 minimum entre celle-ci et la limite du terrain du voisin.
  • Le nouvel ouvrage ne doit pas empiéter sur une servitude, qu’elle soit de passage ou de vue.

Dans tous les cas, il est toujours préférable de tenir vos voisins au courant de votre projet d’agrandissement de maison. Excusez-vous d’avance pour la gêne occasionnée et expliquez-leur la nature des travaux à venir.

Si, pour les voisins, tout roule, d’autres facteurs peuvent venir troubler vos rêves d’extension de maison. PLU (Plan Local d’Urbanisme), POS (Plan d’Occupation des Sols) et COS (Coefficient d’Occupation des Sols) sont autant de sigles avec lesquels il va falloir composer. Renseignez-vous auprès de votre mairie pour en savoir plus.

Passer outre les démarches administratives pour agrandir sa maison

Selon votre adresse, deux types de démarches doivent être accomplies :

Attention, si vous vivez en bord de mer, la loi n° 86-2 du 3 janvier 1986, appelée « loi Littoral », interdit la construction ou l’installation sur une bande littorale de 100 mètres à partir de la limite haute du rivage.

Si vous décidez de réaliser votre extension de maison sans les autorisations légales, vous encourez les sanctions suivantes (art. L.480-4 du CU) :

  • amende de 1200 € à 6 000 € par m2 de surface de plancher construite. Ces montants sont multipliés par 5 pour une personne morale ;
  • obligation de mise en conformité ou de démolition de l’extension ;
  • 6 mois de prison en cas de récidive ;

Ne pas assurer ses travaux d’extension

Lorsque vous entreprenez des travaux d’agrandissement, peu importe les sommes engagées, la loi Spinetta vous impose de souscrire une assurance dommages ouvrage. Ainsi, en cas de malfaçons relevant de la garantie décennale, vous pourrez prétendre à une indemnisation sans franchise dans les 90 jours après avoir envoyé la lettre de déclaration de sinistre. Cette garantie court pendant 10 ans à compter de la date de réception des travaux.

Objectif ? La réparation rapide des dommages, sans attendre qu’une décision de justice détermine la responsabilité de l’entreprise. Pensez-y : sans assurance dommage ouvrage, un litige sera long (plusieurs années) et coûteux.

Ne pas opter pour les bons matériaux

Investir dans des matériaux à bas prix, et donc de mauvaise qualité, est une erreur qui pourra se retourner contre vous plus tard. N’oubliez pas que votre extension doit apporter une plus-value à votre habitat, faites donc le choix de matériaux nobles et écologiques, qui se révèleront plus économiques qu’un matériel de mauvaise facture sur le long terme.

En outre, toute extension supérieure à 150 m² ou correspondant à plus de 30 % de la surface existante doit respecter la RT 2012 en matière de consommation énergétique et d’émission de gaz à effet de serre.

Voir également cet article : RE 2020

Négliger l’étude du sol

Négliger cette étape peut mettre en danger l’ensemble de votre maison. En effet, la réalisation de l’étude du sol est primordiale pour s’assurer de la stabilité du terrain. Dans le cas de fondations de l’extension contre un mur porteur de la maison, veillez aussi à l’étanchéité entre les deux éléments. Si votre terrain ne s’avère pas assez stable ou trop sablonneux pour accueillir votre construction, pas de panique, il suffit parfois d’ajouter un peu de graviers et d’agrégats pour résoudre le problème.

Sous-estimer le coût de son extension de maison

Une extension de maison coûte cher. Voire très cher selon le projet. Avant d’augmenter votre surface habitable, consultez les barèmes des prix moyens au m2 selon la nature des travaux : aménagement de combles, surélévation de maison, construction de véranda, etc. Bien sûr, il est fortement recommandé de demander des devis auprès de différents artisans afin de comparer et de trouver la solution la moins onéreuse.

Gagner quelques mètres carrés sans pour autant déménager, voilà la promesse d’une extension de maison. Toutefois, des contraintes d’urbanisme au choix des bons matériaux, les tracas en matière d’agrandissement ne manquent pas. En suivant nos conseils, vous êtes sûr que votre rêve de grands espaces ne tournera pas au cauchemar.

Nos clients témoignent !

caret-downcaret-upcaret-leftcaret-right

Rapidité pour l’exécution du dossier par messagerie.
Les renseignements par téléphone ne restent pas sans réponses et si la ligne est occupée nous sommes rappelés dans les minutes qui suivent.
Conditions du contrat moins exigeantes par rapport à d'autres assurances avec un coût moins élevé.

Merci de noter ou de partager cet article "Extension de maison"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top
Call Now Button