Avec le Gouvernement Castex, la construction passe au vert

Le lundi 6 juillet, le nouvel exécutif s’est formé sous la houlette du Président de la République, Emmanuel Macron. Pour le secteur de la construction, ce nouvel exécutif regroupe le Logement et les Transports, sous le ministère de la Transition écologique. Il est aujourd’hui acté que le gouvernement Castex, du nom du nouveau premier ministre, passe au vert dans de très nombreux secteurs. C’est notamment le cas de la construction et des BTP. Zoom sur les enjeux du nouveau Gouvernement Castex et l’impact sur la construction écologique.

Construction : des secteurs clés tournés vers la Transition écologique

Le secteur de la construction attire aujourd’hui tous les regards en raison de sa virée « verte » et écologique. Barbara Pompili, ancienne secrétaire d’Etat à la Biodiversité, prend la place du ministère de la Transition écologique. Dans le cadre de sa mission, elle pourra s’appuyer sur le secteur de la construction. Pour l’orientation, deux ministres délégués et acteurs du BTP interviendront pour la guider au mieux. De quoi concilier construction et écologie. Il en va de même du ministre délégué aux Transports qui est un allié de taille dans le dialogue avec les différents acteurs du secteur des travaux publics.

La construction passe au vert sous le gouvernement Castex

Ecologie au cœur de la construction : l’art de l’économie circulaire

La construction passe de plus en plus au vert et tente d’allier avec brio l’écologie, la biodiversité et le respect des conditions propres au secteur du BTP. En adoptant un modèle économique circulaire, les acteurs de la construction optent pour l’efficacité et la durabilité. En amont, tout est pensé pour s’adapter parfaitement aux enjeux actuels, avec des matériaux réfléchis et des processus d’assemblage repensés au fur et à mesure.

L’économie circulaire prône la consommation responsable, dans un souci de perte minimale des déchets. Tout peut donc en principe se réutiliser, dans une logique de réutilisation efficace et active. Elle repose sur plusieurs éléments majeurs : le caractère adaptable des bâtiments (afin de permettre aux constructions de s’adapter au mieux aux besoins des usagers) et la méthode de construction par couches indépendantes. Ce dernier élément permet de pouvoir modifier des éléments en particulier sans en toucher d’autres.

Grâce à l’économie circulaire, il est possible de construire de nouveaux bâtiments plus responsables écologiquement. La durée de vie de la pierre et de ses composants est pensée en amont, dans une anticipation concertée entre les différents intervenants. L’idée est de récupérer les matériaux à termes pour les réutiliser. L’objectif est double : d’une part une durabilité élevée, d’autre part la réduction importante de l’impact écologique. Il est par exemple possible de supposer qu’un bâtiment construit pour l’accueil de bureaux de travail puisse ensuite être réutilisé et adapté pour abriter des logements d’habitation.

Les BTP, accélérateurs de transition écologique

Sous le gouvernement Castex, nombreux sont les anciens projets de bétonisation à avoir été suspendus voire abandonnés. Le fait de verdir les politiques urbaines ne freinera pas l'activité des membres du secteur de la construction mais les guidera plutôt vers des pratiques plus respectueuses de l'environnement.

On ne saurait résumer la construction à de la simple bétonisation de l'espace. Aujourd'hui, les enjeux sont nombreux : végétalisation des espaces publics et des bâtiments, rafraîchissement urbain, tentative de baisse de la pollution, écoquartiers... Les priorités ont évolué et sont au cœur de ce nouveau gouvernement depuis début juillet. Les métiers de la construction évoluent également et s'adaptent. Les grands comme les plus petits chantiers traitent aujourd'hui avec des matières biosourcées, ce qui accélère la transition écologique. L'empreinte de cette nouvelle ère de biodiversité et de développement durable va sans doute transformer en profondeur la morphologie des villes, tout en insufflant de nouvelles dynamiques dans l'activité de la construction.

La construction au vert et l’utilisation de matériaux recyclés

Dans le même état d’esprit que l’économie circulaire, la construction mise au vert requiert l’utilisation de matériaux recyclés. Il est donc préférable de choisir des matières déjà constituées de produits recyclés, à l’instar du béton composé de granulats recyclés. Il en va de même des matériaux pouvant être utilisés à nouveau en fin de vie.

La construction éco-responsable favorise également des techniques d’assemblage qualitatives, réversibles et très accessibles. L’utilisation de clips et de vis est privilégiée de manière générale, ce qui évite d’endommager les matériaux et les éléments dans leur fin de vie. Le choix des matériaux occupe donc une place cruciale, dans une logique de circulation des matériaux et d’une longévité accrue. Les matières sont automatiquement biodégradables et ne doivent pas être composées de substances toxiques ou nocives. Sous le gouvernement Castex actuel, l’objectif affiché par un certain nombre d’acteurs est de privilégier autant que possible les matières possédant un cycle de vie infini. Le processus de chaque matériau doit pouvoir se renouveler, être technique ou biologique.

Enfin, les constructions nouvellement pensées aujourd’hui minimisent drastiquement la production de déchets en tous genres. Plutôt que de détruire en dernier lieu on privilégie la réparation et le réemploi des matériaux dans une dynamique de recyclage.

Sur le thème de la construction écologique

Merci de noter ou de partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top
Call Now Button