Flambée des prix des matériaux de construction : quelles solutions ?

Avec la fin des confinements et la reprise de l’activité à l’échelle mondiale, les professionnels de la construction font face à une pénurie de matériaux inédite. Bois, zinc, ferraille, cuivre, aluminium, bois… Tout se vend à prix d’or. Une très mauvaise nouvelle pour les futurs propriétaires, mais aussi pour les entreprises qui craignent un ralentissement de l’activité d’ici l’automne.

Des prix en hausse constante

C’est une conséquence inattendue de la reprise de l’activité à l’échelle mondiale ! Depuis début 2021, les stocks de matériaux fondent comme neige au soleil, provoquant une pénurie sans précédent dans le secteur de la construction. Résultat : les prix explosent.

Ainsi, selon l’INSEE, entre décembre 2020 et avril 2021, le prix du PVC a augmenté de 28,6%. Celui du cuivre, de 22,2%. Grosse flambée également pour l’acier, avec 31,3% d’augmentation (la tonne d’acier est passée de 500 € à 1500 €). La filière bois n’est pas épargnée non plus, avec des prix multipliés par 2, 3 voire 4 selon les régions. Quand on sait que les matières premières représentent environ 40% du coût total des chantiers (source FFB), il y a de quoi s’inquiéter.

flambée des prix des matériaux

Quelles conséquences pour le marché de la construction ?

Les particuliers, déjà contraints de subir les retards dus au manque de matières premières, vont devoir régler la note. Car même si certains professionnels de la construction acceptent de rogner sur leur marge pour le moment, la situation n’est pas viable sur le long terme. Et les prix de vente ont déjà augmenté de 5 à 8%.

Gros coup dur pour les futurs acquéreurs donc, pour la plupart primo-accédants. Selon Damien Hareng, président de la Fédération Française des Constructions de Maisons individuelles (FFCMI), “ces hausses de prix contribuent à désolvabiliser une partie de la clientèle”.

Peut-on craindre une baisse des projets immobiliers et un ralentissement de l’activité dans les prochains mois ? C’est fort probable. Une crainte partagée par Olivier Salleron, président de la Fédération française du bâtiment : "30% des chantiers pourraient être à l'arrêt d'ici à l'automne si rien n'est fait". Certaines entreprises en bâtiment préfèrent d’ailleurs annuler un chantier pour éviter tout surcoût supplémentaire lié aux pénalités de retard aux clients et à l’augmentation des prix.

Les solutions politiques à la flambée des prix des matériaux

Pour éviter un cataclysme dans un secteur déjà affaibli par la crise sanitaire, le ministère de l'Économie a annoncé le 15 juin 2021 la mise en place de trois mesures :

  1. l'annulation des pénalités de retard par les acheteurs de l'État (y compris les collectivités locales)
  2. la mise en place d'un comité de crise pour informer des “comportements anormaux au sein de la filière"
  3. la médiation de filière

Ces mesures seront-elles suffisantes pour aider particuliers et professionnels ? Seul l’avenir nous le dira. Ce dont les acteurs du bâtiment sont certains en revanche, c’est que les prix ne reviendront jamais à leur niveau d’avant Covid.

Merci de noter ou de partager cet article

5/5 - (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top